Notre engagement pour une vie pleine

Dans le domaine de la sexualité, la Fondation de Vernand a toujours défendu, dès l'ouverture de ses structures d'hébergement, le droit de chacune et de chacun à vivre sa sexualité, en fonction de ses besoins et de ses capacités.

Depuis 2009 s'est constitué un groupe de travail sur la sexualité des personnes adultes accueillies à Vernand.

Les réflexions et formations mises sur pied par la commission sont le prolongement de la philosophie de la Fondation en matière de droit à la sexualité des personnes handicapées adultes - celle-ci se référant à la déclaration des droits du déficient mental.


Le document ci-dessous concerne les adultes accueillis dans le secteur Hébergement et Ateliers. Il définit les principes et lignes directrices pour accompagner nos clients, en englobant la sexualité comme une part de leur épanouissement personnel.

    • Principes généraux

La Fondation de Vernand a élaboré sa philosophie et ses principes généraux de prise en charge des personnes handicapées adultes en se référant à la déclaration des droits du déficient mental, élaboré par l'assemblée générale des Nations Unies, qui stipule que : « Le déficient mental doit, dans toute la mesure du possible, jouir des mêmes droits que les autres êtres humains. »

Dans le domaine de la sexualité, la Fondation de Vernand a toujours défendu, dès l'ouverture de ses structures d'hébergement, le droit de chacune et de chacun à vivre sa sexualité, en fonction de ses besoins et de ses capacités.
    • Réflexions actuelles

«Le langage affectif et sexuel est une des expressions vitales de l’être humain et doit être considéré dans une perspective d’épanouissement personnel et d’intégration sociale» « Amour et sexualité des personnes avec un handicap mental, Charte , Cadres éthique et juridique. » collectif, Genève, 2002. .

« La notion de sexualité englobe l'ensemble des aspects du mode d'existence humain dans lequel le fait d'être un homme ou une femme joue un rôle. Elle comprend les relations humaines, la sphère de la tendresse, de la sensualité, de l'érotisme et de la sexualité génitale » (Sporken Sporken P. : Die Sexualität im Leben geistig Behinderter, Patmos Verlag, Düsseldorf 1980.)

La sexualité, dans son expression au travers d’une relation, soulève des questions différentes en fonction du type de partenaire.

Les prises de position des intervenants et les limites imposées sont basées prioritairement sur certaines valeurs éthiques comme la non contrainte du partenaire, le respect de ses désirs, l'absence de violence dans les relations.

Nous avons relevé trois cas de figure possible :

1. Relation entre pairs

L’institution offre une sphère d’intimité permettant des relations affectives et sexuelles. Les intervenants font preuve de discrétion et de bienveillance. L’intervenant est à disposition pour créer les conditions favorables.

2. Relation entre travailleurs aux Ateliers internes et externes ou entre travailleurs aux Ateliers externes

Le droit à la sexualité tel qu'il a été défini à Vernand peut se trouver confronté aux attitudes plus restrictives de parents ou de représentants légaux de travailleurs externes. Dans ce genre de situation, il apparaît nécessaire de se définir, en accord avec nos principes généraux aussi importants que ceux touchant à la vie affective et sexuelle, et d'en défendre d'autres pour des personnes externes.
Les règles de comportement socialement admises sont les mêmes pour tous sur un lieu de travail.

3. Relation entre une personne handicapée et une personne extérieure à la Fondation

L’intervenant vérifiera que la personne en situation d’handicap ne soit pas en situation d’abus, qu’elle ait conscience du contexte relationnel et qu’elle l’ait librement choisi. Sur demande explicite, l’intervenant peut apporter son aide pour permettre à la personne handicapée de rencontrer à l’extérieur un partenaire.
    • Autodétermination

Au-delà des principes généraux de la Fondation de Vernand, leur sexualité concerne prioritairement les personnes handicapées. Ainsi que le relève Silvia Görres : "on ne peut pas parler de la sexualité des handicapés mentaux sans interroger les intéressés eux-mêmes – pour autant que la possibilité existe – sans connaître leurs opinions, leurs désirs, leurs aspirations, sans se renseigner prudemment sur leurs besoins et sans les observer avec attention".

Les intervenants sont à l’écoute des besoins exprimés, ils soutiennent dans la mesure du possible les personnes pour leur permettre de réaliser leurs aspirations, ils s’assurent que la personne ait bien eu toutes les informations utiles et nécessaires pour faire un choix conscient.

Les intervenants ne peuvent offrir une aide en fonction d’une estimation, d’une observation, seul un besoin clairement exprimé sera pris en compte, pour éviter tout risque de projection abusive. L’objectivité de la demande sera évaluée si nécessaire avec un intervenant extérieur. cf. Liste des personnes ressources (INS 44103).
    • Information

Une information claire et complète doit en tous cas être donnée aux personnes susceptibles de vivre de manière active leur sexualité. Elle doit inclure les différents aspects de celle-ci. Cette information, ayant souvent été peu importante auprès des personnes handicapées, doit être adaptée à leur niveau de connaissance. Elle doit également aborder le problème des maladies sexuellement transmissibles.
    • Supervision des équipes éducatives

La sexualité des personnes handicapées n'est pas une réalité toujours simple à accompagner pour les membres des équipes éducatives, les maîtres socio-professionnels et les infirmiers. Elle renvoie aux principes personnels, aux difficultés de chacun …
Une personne extérieure à l’institution peut être à disposition des équipes éducatives ou des personnes à titre individuel.

Vers la liste des personnes ressources de la Fondation.
**********

"Le droit à une réalisation sexuelle signifie pour les handicapés mentaux – en fonction de leurs besoins humains réels et de leurs possibilités – qu'ils doivent pouvoir prétendre à une assistance personnelle et à une aide pratique, afin de pouvoir atteindre en tant qu'homme ou femme leur plein épanouissement dans le cadre d'une relation humaine". Sporken 2












Adopté par le Conseil de Fondation le 17 mars 2005.

Ce texte modifie celui adopté le 22 avril 1993 par le Conseil de Fondation.






© CopyRight 2008/2018. Tous droits réservés.
Design: bleu-vert communication | Photos: Hélène Tobler